Le village d’Ydes-Bourg

 

Dans la vallée de la Sumène, l’église d’Ydes tient une place prépondérante : les Templiers ont construit cet édifice roman au cours du XIIème siècle, comme chapelle d’une commanderie (monastère) aujourd’hui disparue, située juste à côté.

 

Église d'Ydes-Bourg

 

Dans un contexte de guerre sainte et de croisades, l’ordre militaire et religieux du Temple créé en janvier 1129, oeuvre pendant tous les XIIème et XIIIème siècles à accompagner et protéger les pèlerins en route pour le tombeau du Christ à Jérusalem.

 

Pour mener à bien ses missions et notamment en assurer le financement, il constitue à travers l’Europe chrétienne d’Occident et à partir de dons fonciers, un réseau de commanderies (700 en France). Cette activité soutenue fait de l’ordre un interlocuteur financier privilégié des puissances de l’époque : il effectue même des transactions sans but lucratif avec certains rois ou assure la garde de trésors royaux.

 

Après la perte définitive de la Terre Sainte, consécutive au siège de Saint Jean d’Acre en 1291, l’ordre revient en Occident où il est victime de la lutte entre la papauté et le roi de France, Philippe le Bel. Le pape Clément V le dissout le 13 mars 1312 à la suite d’un procès en hérésie et après 183 ans d’existence. Les biens des Templiers, dont l’église d’Ydes, deviennent la propriété des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, plus connus sous le nom d’Ordre de Malte.

 

Église d'Ydes Bourg

 

Ceux-ci obtiennent du pape Jean XXII qu’Ydes relève directement du Saint-Siège, un privilège maintenu jusqu’à la Révolution, lorsque l’église est vendue comme bien national.

 

L’église est ouverte du 1er juillet au 31 août de 14h à 19h et le reste de l’année sur rendez-vous au 04 71 40 82 51

 

Situation d'Ydes-Bourg sur la Piste Verte